bien-être, comportement

Relation Homme-Chien. La place du chien à la maison, c’est quoi?

Très fréquemment, quand on parle de relation entre un chien et ses humains, j’entends cette réflexion: « j’aimerais bien qu’il comprenne sa place de chien ».

Mais en fait, c’est quoi une place de chien?

Quelle est t-elle exactement? Y a t-il UNE place de chien?

Personnellement, je ne crois pas…
Chacun a sa conception bien à lui de ce qu’est un chien et de la place qu’il lui réserve, dans son foyer, dans sa vie et dans son cœur.
Tout va dépendre aussi de ce qu’on cherche à lui apprendre, de l’échange qu’on souhaite avoir et de ce qu’on souhaite vivre avec.
Il doit y avoir autant de motivations différentes d’avoir un chien qu’il y a d’humains sur la planète, et donc de liens relationnels entre l’homme et le chien.

La plupart du temps, cette expression vient quand même lorsque le chien ne veut pas rentrer dans la case qu’on lui a attribuée, et que le chien, lui, n’en a pas forcément envie, ou que cela ne répond pas à ses besoins!

Cependant, je me  pose toujours ces questions:
– Pourquoi devrait-il y avoir une place différente de celle de tous les membres de la famille?
– Le fait qu’il soit d’une espèce différente doit-il obligatoirement signifier que l’on doit se comporter différemment avec lui?
– Doit-on restreindre ses prérogatives au strict minimum pour autant?
– Sur la base de quoi devrait-il avoir un rang inférieur au nôtre?

Comme il n’y a donc pas de généralité, et pour parler de mon expérience personnelle et de ma manière de partager les choses avec mes chiens:
Chez moi, la place d’un chien, c’est à peu de chose près la même place qu’un être humain.
Je ne ressens pas le besoin de faire une distinction de genre ou d’espèce.
Notamment sur le plan de la communication.

COMMUNICATION

Avant tout, je cherche à savoir qui il est et à respecter son caractère propre.
Je respecte ses limites et ses envies, je lui parle gentiment, je lui demande ce qu’il veut, je lui demande s’il peut faire des choses pour moi si j’ai besoin et je négocie même des fois.

  • Que veux-tu?
  • Tu viens me voir?
  • Tu as faim?
  • Tu veux bien te mettre plus loin?
  • Je peux te le prendre?
  • Tu veux pas? Bon tant pis…
  • Attends un peu.
  • Non, ça tu laisses s’il te plaît…
  • Merci c’est gentil!

Vous n’avez jamais répondu à quelqu’un qui vous parlait mal.. « Hey oh, je suis pas ton chien! » ?
Et bien, bonne nouvelle, les chiens non plus n’ont pas besoin qu’on leur parle autrement pour comprendre les choses 😉
Il suffit parfois de demander gentiment pour obtenir de la coopération instantanément.

Si vous en doutiez, une étude scientifique de l’université Eötvös Loránd de Budapest indique que le cerveau canin prête attention à la fois à ce que nous disons et à la manière dont nous le disons.

« Le cerveau humain non seulement analyse séparément les mots que nous entendons mais aussi la manière dont ils sont dits, intégrant les deux types d’informations pour parvenir à un sens », explique Attila Andics du département d’éthologie de l’université Eötvös Loránd. « Nos conclusions suggèrent que le cerveau des chiens fonctionne de manière très similaire », une découverte qui pourrait aussi aider à faciliter la communication et la coopération entre chiens et humains, poursuit-il. Extrait du figaro

Il n’y a donc pas vraiment de raison de penser que, ne serait-ce qu’en terme de communication, nous ayons besoin de leur parler différemment. Et il n’y a aucun mal à faire preuve de politesse envers un individu qui répond favorablement à une demande.

ESPACE DE VIE

Mais où doit donc se situer sa place dans la maison?
Bonne question!
Pourquoi y aurait-il un lieu obligatoire autre que celui qui lui plaît et où il se sent bien.
Et si il se sent mal dans celui qu’on lui a choisi, pourquoi ne pourrions-nous pas le changer?
Qu’est ce qui rend l’humain si rigide dans l’espace qu’il « accepte » d’allouer à son chien?

Pour parler de mon environnement personnel,  je fais un peu comme pour mes envies à moi. Comme je me mets littéralement où je veux quand je veux, eux,  se posent où ils ont envie quand ils ont envie aussi.
Cela peut être dans les multiples paniers disposés un peu partout, le canapé, mon lit si je le veux bien… (mais ça, c’est parce que c’est ok pour moi… on est pas obligé de tous avoir les mêmes critères de partage).
Ils peuvent aller faire un tour dans la cuisine, dans le salon, dans la chambre, dans le couloir, dans le jardin… bref, où ils veulent quand ils veulent. La porte est ouverte ou il suffit de demander pour qu’elle s’ouvre.
Ca ne veut pas dire pour autant qu’ils vont partout, ça veut juste dire qu’ils en ont le choix.

sheldon - Big Bang Theory
TBBT « Oh oui.. ça va sans aucun doute être ma place »

Leur espace correspond à celui de leurs besoins,  s’ils préfèrent dormir dedans ou dehors,  près du radiateur ou pas, en hauteur ou non,  qu’ils aient envie de proximité ou pas, sans jamais vraiment leur imposer mes choix au delà de ce qu’ils sont en droit d’accepter.

Dit comme ça, on pourrait croire que mes chiens ont le droit de tout faire à la maison…
Et si j’y réfléchis bien, on peut dire que oui…
Ou du moins, ils ont parfaitement le droit de me demander ce qu’ils veulent.
En fonction du moment, des circonstances, ce sera oui, ce sera non ou plus tard. Mais ils ont le droit de s’exprimer. Et inversement, ils ont aussi le droit de me dire non ou plus tard, s’ils n’ont pas envie de quelque chose.

CHAOS IS COMING?

Mais il doit bien sûr y avoir des règles pour autant.
Pour ma part, le minimum vital est que ce soit demandé gentiment et de faire les choses dans le calme. Les règles de base d’une bonne cohabitation! Ce n’est pas obligé que ce soit la cohue à la maison!

Je ne suis pas fan des chiens qui sautent sur les meubles,  qui suivent tout le temps quand on se déplace d’une pièce à l’autre,  qui réclament en permanence,  mais je le suis encore moins de ceux qui attendent un ordre pour avoir le droit de respirer ou de manger.. Je trouve ça triste à en mourir !

J’ai dans l’espoir que chacun rende son chien aussi autonome que possible. On oublie trop souvent que le chien reste un animal captif, peu importe la « liberté » qu’on lui offre. Cela reste un individu qui mange, sort ou va faire pipi quand on est disposé à lui autoriser. Quand on y pense,  c’est déjà assez triste comme ça..
Il y a une énorme dose de contrôle malgré tout, même si chacun fait au mieux pour rendre cela moins pénible pour son chien. Alors, je me vois mal en exiger davantage des miens.

Finalement, c’est un peu comme on le fait avec d’autres membres de notre famille, avec des amis ou avec des invités à la maison. Ce n’est pas parce qu’on se connaît bien, que cela signifie que l’on peut faire n’importe quoi n’importe comment.
Mes invités n’ont pas plus le droit de monter sur les meubles que mes chiens! Et tout se passe bien! 😉
Et ce n’est pas pour autant que je passe mon temps à contrôler mes invités, chacun reste libre de se mouvoir comme il veut et de garder sa personnalité.

CONCLUSION

Il n’est nulle part écrit dans le contrat que le chien doit répondre à toutes les exigences de son humain sous prétexte qu’il l’a décidé.
Une bonne cohabitation cela se fait à plusieurs, avec des compromis de chaque côté, et un relationnel bienveillant.

 

Jouez le jeu: Durant toute cette semaine, commencez déjà par demander s’il te plaît et merci à votre chien quand vous lui demandez quelque chose, et voyez si cela fait une différence! 😉

Et vous? Quelle place accordez-vous à votre chien dans votre vie?

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous pour recevoir les prochains!

Laisser un commentaire