alimentation, apprentissage, comportement

On ne joue pas avec la nourriture du chien!

La protection de ressource est une inquiétude récurrente chez de nombreux propriétaires de chien – notamment ceux ayant des enfants à la maison.

Il peut effectivement arriver, en fonction des apprentissages précoces de notre chiot ou plus tard à la maison, que notre chien manifeste des signes d’agressivité aux abords de sa gamelle.
Mais pourquoi fait-il cela et surtout, comment éviter ce problème!

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

Parce que la nourriture est une ressource liée à la survie, n’importe quel individu peut protéger ce qu’il pense ne pas être assez pour être partagé.
C’est un comportement tout à fait normal, mais cela semble tout de suite moins légitime et justifié lorsque nous ne voyons pas ce qu’il pense être sa réalité.
Nous n’avons que faire de sa nourriture que nous ne mangerions pour rien au monde, et il est souvent loin d’être sous alimenté. Il n’y a donc, sauf exception, pas de raison visible qui explique ce comportement.

Il peut d’ailleurs aller de paire avec un certain degrés de compulsion alimentaire.
Chien qui mange trop vite ou qui vole, pour des raisons a peu près identique, seule la manifestation du comportement diffère.

1/ Son passé

Avant d’arriver à la maison, notre chien a peut être appris dès tout petit qu’il fallait pousser des coudes pour aller téter ou lors des premières gamelles. Trop nombreux dans la portée, pas assez de lait, pas assez téméraire par rapport aux autres chiots pour manger à sa faim.. les raisons peuvent être multiples et l’apprentissage de la compétition pour la nourriture très précoce. C’est pour cela que certains jeunes chiots peuvent avoir des attitudes peu sereines au moment du repas et il sera important de les aider rapidement à avoir une autre perception de la nourriture.

Lorsqu’il s’agit d’un chien adulte qui a été adopté, il est évident que toute situation liée à son passé peut être un indicateur de la raison qui le pousse à réagir ainsi. Et plus il aura eu faim dans sa vie, plus il sera susceptible de manifester des comportements de protection, même si ce n’est pas systématique.

2/ Notre attitude

Notre attitude a aussi un énorme impact!
Il y a un mythe tenace qui consiste à penser qu’il faut mettre les mains dans la gamelle et retirer celle-ci pour éviter qu’il la protège.
Hors si on regarde cette information de plus près, il me semble peu logique de penser qu’en embêtant régulièrement un chien qui mange en y mettant nos mains et en lui volant, même momentanément, sa gamelle, il soit moins enclin à la protéger que si on le laisse manger tranquillement… Et il arrive que notre chiot sans problème de protection finisse par se manifester après avoir été saoulé par ce rituel désagréable.

Et en même temps,  il semble assez normal qu’il y ai une réaction ! Qui aime que quelqu’un d’autre trifouille dans son assiette pendant qu’il mange?

Un autre mythe peut être responsable des compulsions alimentaires et de potentielles protections est celui qui consiste à penser qu’au delà des 5minutes « réglementaires », toute gamelle doit disparaître, que le chien ai mangé ou non.
Hors nourriture fraîche qui peut faisander si on la laisse à l’air libre et où il est judicieux de ne pas la laisser traîner, ce mythe entraîne les chiens à se dépêcher de manger et à considérer la ressource comme limitée, alors qu’en lui donnant la possibilité de prendre son temps, le chien gère mieux sa faim et cela n’augmente pas la valeur de la nourriture, ce qui n’augmentera pas la compétition et donc la protection.

Et que dire des punitions!
Si on a puni lorsqu’il a émis des signes de contestation et des grognements, on peut rentrer sans le vouloir dans un engrenage où le chien apprend, non pas à renoncer, mais à prévenir de moins en moins avant de s’exprimer plus fortement. Et c’est comme ça qu’on peut se retrouver dans une situation de plus en plus compliquée.
En me lisant, peut être que certains diront « oui, mais chez moi ça a marché! », et je répondrais: peut être… mais tous les chiens ne sont pas aussi dociles les uns que les autres et dans le doute, mieux vaut s’abstenir de vouloir jouer au plus fort alors qu’il est si simple de procéder autrement.

COMMENT PRÉVENIR CE PROBLÈME?

  •  Avant toute chose, il est important d’identifier toute obsession ou compulsion alimentaire lors des repas. Se jeter sur sa gamelle comme un mort de faim n’est PAS un comportement NORMAL si il est alimenté convenablement!! Qu’il soit jeune ou pas et peut importe sa race!
    Dans ce cas là, il va falloir lui apprendre à manger calmement et à travailler sur sa compulsion, notamment en utilisant des jouets distributeurs (Kibble Nibble, Pipolino, etc..) ou en dispersant sa nourriture. (Je ne suis pas une grande fan des gamelles anti-gloutons).
    L’idée n’est pas de s’en servir à vie, bien que ce ne soit pas un problème en soi, mais de s’assurer qu’il sera en mesure de manger plus lentement dans sa gamelle plus tard lorsque le bénéfice de ces activités fera son effet. Si ce n’est pas le cas, c’est que le problème n’est pas résolu.
  • Si votre chiot vient d’arriver et qu’il n’y a pas de souci particulier, il suffit d’avoir les bons réflexes pour que tout se passe bien.
    Procédez comme suit:
    – Donnez lui sa gamelle et laissez le commencer à manger. Après un petit moment, approchez-vous de la gamelle de votre chiot, ajoutez un petit quelque chose (un peu plus de nourriture, un petit bout de fromage, de jambon etc..) et repartez comme vous êtes venu à chaque repas.
    – Au bout d’une petite semaine, approchez-vous lorsqu’il mange, prévenez le « attend, je t’en rajoutes », prenez la gamelle, rajoutez quelque chose et redonnez lui.

Voilà, inutile de faire plus. De temps en temps, refaites le, histoire de vous rassurer. Faites le faire aussi de temps en temps par les enfants qui ne seront pas considéré comme une menace par le chien.
Mais inutile de le faire chaque jour, à chaque repas, dans chaque contexte… vous allez finir par le saouler.

Il va de soi qu’un chien n’a pas à supporter d’être embêté par les enfants pendant qu’il mange et qu’avant toute chose, tout le monde doit apprendre que le chien doit pouvoir prendre le temps de manger tranquillement!

  • Lorsqu’il a quelque chose dans la gueule ou dans les pattes (un jouet, un bout de bois, un objet sans importance):
    Inutile de lui courir après, de crier « DONNEUH!! » en tirant dessus, ou d’aller chercher dans sa gueule de force au risque de le voir rapidement se rebeller, il faut lui apprendre à troquer.
    On lui emprunte ce qu’il a, on lui donne quelque chose en échange de plus forte valeur ou de valeur équivalente et ensuite on lui rend la chose en question.
    Petit à petit, on fait la même chose avec les objets de plus fortes valeurs comme son jouet préféré, un objet qu’il a trouvé sur son chemin ou un os à mâcher. Et on ajoute une demande comme  « tu laisses », « tu me le donnes? »…
    C’est lui apprendre que c’est un échange de bon procédé et qu’il peut lâcher sans crainte.

–> Attention aux petits malins qui comprennent qu’en piquant des trucs, ils attirent votre attention! Ceux-la il faudra apprendre à les ignorer.. mais c’est un autre problème!

  • On peut aussi observer pour repérer tout signe de stress ou de malaise lié à la présence d’un humain (ou autre) autour de la gamelle. Cela permettra de prêter attention à la situation et de l’ajuster pour ne pas empirer la situation en voulant forcer les choses et de pratiquer les conseils ci-dessus.

QUE FAIRE SI LE PROBLÈME SE POSE DÉJÀ?

Il est très difficile de répondre à cette question de manière générale car chaque chien réagit différemment en fonction de son environnement et de la relation qu’il entretient avec les membres de sa famille. Tout dépendra de ce qu’il aura appris et la manière dont on a cherché à résoudre le problème.

Si ces comportements se sont manifestés il y a peu de temps, le premier réflexe est d’aller voir le vétérinaire pour vérifier que tout va bien au niveau physique. Que votre chien a une alimentation adaptée, qu’il n’a pas faim, ou qu’il n’a pas une douleur cachée qui expliquerait l’apparition subite d’un tel comportement.
Si tout va bien de ce côté là, les conseils ci-dessus suffiront à faire basculer petit à petit sa perception de votre présence associée à la nourriture. Mais l’apprentissage sera plus ou moins long en fonction de la situation.

Si la réaction de votre chien semble disproportionnée et qu’elle représente un potentiel danger pour vous ou votre famille, il est important de faire appel à un professionnel compétent pour vous aider à résoudre ce problème. Les problèmes de protection de ressources ne sont pas à prendre à la légère! Le risque de morsure peut être important!

 MANGER SUR ORDRE – est-ce utile?

« assis…pas bouger… aller c’est bon, tu peux manger »
Dans un contexte de protection ou de compulsion alimentaire, manger sur ordre est-elle la bonne solution? Pas forcément!

Pour limiter l’énervement autour de la gamelle, nombreux sont ceux qui pensent que poser un ordre va apprendre au chien à se calmer, alors que souvent, ce n’est qu’en apparence qu’il a l’air calme. Car lorsque la libération arrive, il continue de se jeter sur sa nourriture comme si sa vie en dépendait.
C’est donc qu’il n’est pas calme mais qu’il a appris à intérioriser.

Pour limiter les réactions d’énervement, et amener un apprentissage du calme sur le long terme, il vaut mieux l’aider à gérer ses émotions pour qu’il soit en mesure de se contrôler tout seul plutôt que de donner des ordres pour obtenir un résultat.

De mon point de vue, manger est un besoin pour tous, et pas une occasion supplémentaire pour asseoir une quelconque autorité.


Comme cet article est déjà pas mal long, je vous invite à vous inscrire en dessous pour recevoir les exercices conseils pour un chien plus calme à la maison (dont comment manger calmement), et à recevoir les articles suivants directement dans votre boite mail.


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous pour recevoir les prochains!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.