apprentissage, bien-être, comportement

La marche en laisse – quand on a tout essayé et que rien ne fonctionne!

Un des problèmes pour lequel on m’appelle très régulièrement, c’est le chien qui tire en laisse…

Il tire très fort et durant toute la balade, part en avant (galope presque), zig zag en permanence, garde la truffe au sol tout du long et la promenade devient franchement un calvaire pour les propriétaires.

Elles finissent donc par devenir de plus en plus rare, ce qui est loin d’arranger le problème.

Les propriétaires ont souvent « tout essayé »: tirer sur la laisse, ramener le chien, le rapeller, donner des accoups, s’enerver, s’arreter… mais rien n’y fait, et ils finissent découragé ou se tournent vers des solutions completement inapropriées.
Mais quand le chien « n’écoute pas », est-ce vraiment un problème purement éducatif? La solution se trouve t-elle systématiquement dans la technique d’éducation?

Est ce que le chien ne VEUT pas faire? ou ne PEUT pas faire ce qu’on lui demande?

Apprendre à faire la différence entre un  mauvais apprentissage et un problème plus profond!

Globalement, on pourrait dire qu’un chien qui ne sait juste pas marcher laisse détendue est un chien à qui on a appris (souvent involontairement) à se comporter autrement. Il reste en tension légère tout le long de la promenade ou tend modérément sa laisse pour aller où bon lui semble à certains moment. On se fait parfois un peu embarquer quand on passe proche d’un tronc d’arbre ou d’une poubelle, mais ça reste gérable au quotidien, même si c’est un peu pénible.

Quand on dépasse ce stage, on a souvent dépassé le contexte du simple apprentissage de la marche en laisse et on a souvent affaire à un chien qui a un problème sous-jacent.
C’est parfois un véritable tracteur, qui peut, soit en fonction de ce qu’il croise, se mettre à partir d’un coup sec, soit tracter son propriétaire sur une distance bien plus grande. C’est ce qu’on apelle communément « faire le drapeau ». Et c’est dans cette catégorie que se situent les chiens dont je veux parler.

Alors pour changer les choses, qu’est ce qu’on peut faire?

Se placer du point de vue du chien!

Il y a quelques questions que l’on doit impérativement se poser pour comprendre ce qui provoque ce type de comportement:

Leurs besoins de chien sont-ils comblés?
Tout espèce à des besoins spécifiques necessaires au maintien d’un bon niveau de bien être. (voir l’article  » De quoi a réellement besoin mon chien pour son bien-être? « )

En fonction des individus, certains besoins prennent une importance plus ou moins grandes. Et majoritairement, pour ces chiens, ces besoins sont loin d’être comblés.

Souvent, les promenades ne sont pas très régulières (ou ne le sont plus), le chien n’a donc pas la possibilité de se détendre et d’assimiler son environnement comme il le faudrait. De peur de manquer et ne sachant quand sera la prochaine sortie, il essaye de profiter à fond de l’instant, et son obsession pour les odeurs devient presque compulsive, mais il en a besoin!! c’est son monde!!

Et plus il essaie de pallier ce manque, plus on aurait tendance à l’en empêcher, ce qui accentue davantage ces comportements excessifs.

Le matériel d’education est-il adapté?

collier, harnais, laisse… le marché du matériel pour animaux de compagnie propose une multitude d’accessoires, c’est très lucratif !!! mais sont-ils vraiment tous adaptés à la situation?

Souvent, la laisse est beaucoup trop courte.. ce qui la met de suite en tension et qui apprend au chien, malgré nous, à ne marcher qu’à cette condition. Une laisse de promenade doit être suffisamment grande pour être lâche même si le chien n’est pas collé à nous. Et plus les besoins d’exploration et de liberté de mouvements ont été bridés, plus elle devra au départ être longue, quitte à le promener en longe (5/10m) pour redonner au chien ce sentiment d’espace et de liberté.

Les colliers dit « d’education » (etrangleur, a pointes, electrique, etc…) ne sont jamais une alternative acceptable dans cette situation! (ni pour aucune autre de mon point de vue – la loi étant également clair à ce sujet: Décret n° 2004-416 du 11 mai 2004 – Article 7 Dressage).
Utiliser la douleur ou la répression n’aide à aucun moment le chien à sortir de sa difficulté et à même tendance à l’augmenter.

Dans mon travail, le harnais est ce qu’il y a de plus confortable pour gérer cette problématique. Le collier ne donnant pas la même sensation d’équilibre.

Et qui dit plus de confort pour le chien, dit souvent plus de confort pour le maitre.

Et ses émotions dans tout ça:

La balade est-elle un plaisir pour le chien? Pas forcément…

Certains chiens passent en réalité leur promenade à tenter de fuir droit devant dans le but de s’éloigner de quelque chose… mais de quoi?

Parfois du propriétaire à cause du matériel éducatif ou de sa manière répréssive de gérer la situation.
Parfois de leur environnement, trop bruyant, trop stressant dans lequel ils ne sont pas du tout à l’aise parce que pas forcément ou suffisamment familiarisé plus jeune.
Parfois les 2, ce qui rend le chien encore plus anxieux, et augmente considérablement l’apparition de ces comportements.
Il y a ceux qui, au contraire, du fait de ce manque de sorties, sont teeeeeeeeellement content, qu’ils ne sont plus vraiment capable de gérer ce trop plein emotionnel et une fois dehors (et parfois même avant ) ils débordent littéralement et finissent souvent frustré d’une balade qui ne leur a pas donné entière satisfaction. (et nous aussi !!)

Il y a aussi ceux qui tirent en avant dans le but d’aller voir quelque chose. Soit par peur, pour aller voir ce qui se passe, soit par manque de contacts humains ou canins (et là on en revient aux besoins à combler)

En résumé:

Dans tout ces cas de figures, il y a une vraie difficulté d’execution parce que la motivation interne du chien est en complete contradiction avec la demande de son propriétaire. Il est donc primordial de le comprendre et de passer par une étape intermédiaire en s’adaptant à la situation avant de vouloir exiger une marche en laisse convenable.

Il faut donc:

– Savoir reconnaitre les besoins qui font défaut pour améliorer le bien être de son chien.
– Utiliser un matériel adapté et revoir nos priorités et nos critères d’exigences pour leur permettre d’assouvir completement ce(s) besoin(s).
– Gérer en priorité leurs difficultés emotionnelles.
– Et une fois tout ça mis en place… en avant pour des exercices de marche en laisse dans la joie et la bonne humeur =)


Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous pour recevoir les prochains!

Laisser un commentaire